Quelle est la valeur d’une DSI chez un e-commerçant ?🤨

valeur dsi

Etre DSI dans une société e-commerce est très enrichissant. La société étant « digital native », la DSI a une place centrale dans l’ensemble de l’organisation.
Cependant, en 15 ans, j’ai vu ce périmètre beaucoup bouger. A tel point qu’il peut être maintenant complexe de retrouver la valeur de la DSI.

Au début c’était clair,

La DSI était là pour faire tourner, du mieux qu’elle le pouvait, l’ensemble du « monolithe ».
L’hébergement n’était pas fiable, tout était imbriqué, souvent procédurale… mais il fallait encaisser les coups assénés par la croissance !
La DSI maintenait et faisait évoluer beaucoup de « briques » en interne et elle n’avait pas le choix car rien n’existait ailleurs.

La DSI avait donc une place centrale au milieu d’une organisation en construction.

Mais voilà,

Les services ont commencé à se structurer devenant de plus en plus exigeants.

Le cloud a amené avec lui des outils en SAAS de plus en plus performants, avec de plus en plus de fonctionnalités répondant à un besoin précis des utilisateurs.

Les grandes entreprises américaines, communiquent sur l’importance :
Рdes mod̬les agiles,
Рdu travail par it̩rations,
– de la verticalisation des métiers…

Les DSI e-commerce commencent à vivre le drame de leurs confrères qui exercent dans les autres domaines d’activité.
On commence à les considérer comme des centres de coûts, en manque d’agilité, qui amènent trop de contraintes au développement du business…

Ces DSI se retrouvent « pris en tenaille » entre des métiers qui ont besoin de plus de réactivité et le maintien d’infrastructures pas toujours évidentes à faire évoluer.

pris en tenaille

Quelles voies pour les DSI ?

Je pense que pour sortir de cela, les DSI e-commerce (comme les autres d’ailleurs) ont plusieurs voies.

Voie 1, Le DSI « business partner »

Inutile de lutter contre les software SAAS, le Cloud… votre DSI ne pourra pas rivaliser avec eux.
Ces sociétés ont développé des solutions adressées à une verticale métier bien précise et ont investi massivement pour réaliser un outil complet.

business-partners

Lutter contre reviendrait à accentuer le manque d’agilité, le manque d’innovation de la DSI.
Ceci limiterait sa valeur dans la société et ne ferait que développer le « shadow IT » (je vous mets un lien ici pour aller plus en détail sur ce sujet).

« Moins expert informatique mais plus business partner. « 

L’idée est que la DSI soit en mesure de comprendre, les enjeux des métiers et « glisse » vers un rôle de conseil et d’accompagnement.
Son rôle sera alors de sans cesse aligner les enjeux informatiques sur les enjeux business .

Plutôt que de lutter, la DSI doit aller vers les métiers pour les aider à choisir la bonne solution et cadrer le projet afin qu’ils ne mettent pas en danger la sécurité du système d’information ou la cohérence des processus des autres services.

Ce dernier point, ouvre la voie 2.

Voie 2, DSI, le gardien de la cohérence 🧙‍

Avec une position centrale, qui lui garantie une vue macro de l’ensemble des processus de la société.
La DSI est la mieux placée pour être la « gardienne » de l’ensemble.
Et, par conséquent, en garantir la cohérence. (ici un article qui illustre parfaitement l’importance de ce point)

Ce rôle va lui permettre de gagner en valeur car assurer la cohérence d’un système c’est :

  • En garantir la sécurité.
  • En garantir les rôles de gouvernances (gouvernances des données, des technologies de l’information).
  • Garantir la bonne application des processus de la société (pas de régression, des évolutions logiques et ordonnées…).

Enfin, être un acteur central va permettre à la DSI de gagner en agilité.

La clé de cette cohérence et agilité devra passer par une montée en compétences sur la maitrise des API, des ESB (Service Bus) et de l’ensemble des processus de la société.
La DSI pourra alors garantir la cohérence tout en faisant preuve d’une parfaite agilité en étant en capacité de faire évoluer ou remplacer n’importe quelle « brique » ou applicatif.

agilite

Voie 3, Gagner en capacité d’innovation

Enfin, la DSI ayant gagné en agilité la dernière étape sera l’innovation.

Heureusement, pour les DSI, le potentiel d’innovation de leur périmètre est énorme.

Il y a le cloud évidemment. Avec ou sans les services managés, le cloud a besoin en entreprise d’un lead d’un service capable de l’appréhender, de le déployer et le maintenir.
Les ESB, dont nous avons parlé plus haut, restent un environnement nouveau avec de nombreux sujets d’innovations.
Les DSI e-commerce pourront aussi consacrer du temps à penser leurs infrastructures totalement headless (article ici sur le sujet).
Enfin un des leviers sera également l’automatisation (article ici sur le sujet).

Tous ces sujets sont parfaitement dans la voie 1 (business partner) et permettront en plus à la DSI de rassembler autour de sujets passionnants (c’est une très bonne chose pour les collaborateurs de la DSI).

Pour en conclure avec la valeur d’une DSI

A condition de réussir à évoluer vers des périmètres moins techniques (ou moins proche de l’édition de logiciel) et afin de garantir à la société agilité, sécurité et une bonne capacité d’évolution (grâce à l’innovation), la DSI a encore de belles années devant elle dans les sociétés e-commerce.

ps : le DSI en en-tête de cet article est Werner Vogels, le DSI d’Amazon, une personnalité très inspirante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :