Recrutement, la recherche de talents

genies

Yann, jeune patron de start-up en pleine effervescence, décide ,pour accélérer, de ne recruter plus QUE des profils à hauts potentiels. Il contact des chasseurs de têtes, des cabinets de recrutements de renom… mais après quelques mois de recherche c’est la douche froide. Il n’a pas trouvé la perle rare. Yann est tellement déprimé de cette situation qu’il en arrive même à se dire que s’il arrive à mettre la main sur un de ces génies il devra le cloner.

Managers, créateurs d’entreprise, Business Angels… nous sommes tous à la recherche de talents. Et dans un monde digital où tout bouge et change en permanence, leurs compétences doivent être nombreuses (capacité d’adaptation, de vision, de communication…)

Mais encore faut il savoir où chercher ces génies…

La récente inversion de l’effet Flynn

L’effet Flynn (du chercheur néo-zélandais James R Flynn) explique la hausse du QI moyen durant le 20e siècle (en Occident) par l’amélioration des conditions sanitaires et l’accès généralisé à l’éducationLe 21eme siècle semble marquer un coup d’arrêt à cette tendance (tout particulièrement en Europe du Nord).

Selon une étude (publiée en 2013 dans la revue scientifique Intelligence) c’est chez les Britanniques que le phénomène est le plus flagrant. On observe en effet une chute de 14 points entre 1999 et 2013, avec un score moyen de 100.

En France, le phénomène est moins fort mais tout aussi réel. On y note en effet un recul de près de 4 points, depuis le début des années 2000, avec un score moyen de 98.

La même tendance s’observe en Australie, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège et en Suisse…

Les causes de la baisse du QI

Vous trouverez ci-dessous une infographie qui vous en dira plus sur les principales raisons de cette baisse de QI en Occident.

Ok, alors ils sont où ces nouveaux génies ?

Des recherches ont permis d’établir un classement des QI moyens dans plus de 80 pays (entre 2002 et 2006), ci-dessous une vue des pays avec les plus forts QI :

Cependant, la mesure du QI n’est qu’un élément pour identifier les “génies” mais ce n’est pas le seul et il est controversé car il ne s’appuie sur aucune base scientifique. Le plus gros reproche qui peut lui être fait est qu’il ne permet pas d’identifier tous les types d’intelligences.

Les autres éléments intéressants pour trouver ces génies sont :

  • Le classement des meilleures écoles au monde. Un classement largement dominé par les USA avec quelques places pour les UK.
  • Le nombre de brevets déposés par pays. Depuis 2018 les pays asiatiques sont à l’origine de 50% des demandes de brevets et la chine est dorénavant le plus gros déposant de brevet au monde.

Séquençage du génome des surdoués

Vous l’aurez compris, nous sommes depuis plusieurs années déjà entrés dans une guerre des talents et une guerre des QI.

No alt text provided for this image

Mais revenons-en à l’histoire de Yann et cette idée de cloner des petits génies. Est-ce que cela ne serait pas finalement la solution ???

Et bien c’est l’histoire du “Beijing Genomics Institute” (BGI), le plus gros institut de biotechnologie au monde. Leur objectif est de trouver les “racines du génie”.

Depuis ces dernières années, ils ont obtenu les ADN de plus de 2500 purs génies de plus de 160 de QI afin de comparer les génomes et tenter de trouver l’explication de leurs sur-capacités.

L’idée est bien évidement de pouvoir sélectionner (lors de fécondations in vitro) les embryons les plus intelligents et ainsi (années après années) conquérir le monde.

3 réflexions sur “Recrutement, la recherche de talents”

  1. Ping : De l'autre côté de la crise... - David LANGLADE

  2. Ping : La digitalisation du secteur de l'art - David LANGLADE

  3. Ping : La digitalisation des entreprises, autant une histoire de talents que de technologies - David LANGLADE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :