Calcul ton niveau d’entropie – le bonheur au travail

entropie

Laetitia (jeune Product Owner) se délecte du nouvel article qu’elle a trouvé sur linkedin titré « les 10 signes que vous avez un mauvais patron ».

Patrick (responsable des achats) n’en peut plus du responsable commercial de sa société qui, selon lui, a le job le plus cool de la terre et qui ne comprend rien à toutes les problématiques qu’il doit gérer au quotidien pour que MONSIEUR soit satisfait.

Stéphane (développeur) n’en a rien à faire que ses responsables lui mettent la pression sur les délais; lui ce qu’il aime c’est le travail bien fait !

Emilie (RRH depuis quelques années) se sent seule face à tous les problèmes sociaux qu’elle rencontre au quotidien.

Bref, tout cela est un peu désorganisépas tout à fait aligné et l’appréciation est très subjective.

Et bien bienvenue dans l’ENTROPIE !

Non mais sérieux! c’est quoi encore ce mot barbare ?

« La notion d’entropie, issue des travaux de thermodynamie, témoigne du niveau de désorganisation d’un système.

Moins les éléments d’un système sont liés entre eux, sont ordonnés, plus l’entropie est élevée. »

Toute matière est composée de particules en mouvement perpétuel, si le système est isolé, l’évolution naturelle se fera vers le désordre, pour trouver son équilibre à l’entropie maximale.

Transposons maintenant cela dans notre entreprise:

Chaque individu est une particule qui interagit en permanence avec les autres individus (particules). Plus les interactions, les liens, les échanges avec les autres seront forts plus l’entropie sera basse. Comme l’entreprise n’est pas un système isolé, l’équilibre sera atteint quand l’entropie sera la plus basse possible.

On parle alors d’entropie culturelle, et nous retrouvons derrière ce terme tout ce qui empêche la bonne marche de l’entreprise (cadre de travail pas clair, tensions entre salariés, procédures non respectées…).

« Le taux d’entropie permet de quantifier l’énergie dépensée pour faire des choses qui ne serviront pas l’intérêt de l’entreprise. »

Ok mais comment on mesure ça? et c’est quoi la référence?

Le baromètre Kéa Partners-Barrett Value Centre-OpinionWay évalue le taux d’entropie culturelle des entreprises françaises depuis 2012. Il en ressort 2 constats :

  1. Le taux de désordre est stable avec un taux moyen d’entropie culturelle à 22%. Notons, en passant, que ça nous fait une belle loi de Pareto avec 80% de l’énergie dépensée qui sert l’entreprise et 20% non.
  2. Le baromètre montre que le taux de dysfonctionnement est plus élevé dans les grandes sociétés qui fonctionnent en silos, alors que les employés sont spontanément plus positifs dans les petites structures.

Sur les 2 graphiques ci-dessous vous pouvez constater l’impact de ce taux d’entropie sur les sociétés:

Bon ok, mais comment on améliore ce truc?

Alors là, on a un peu de travail. L’entropie culturelle est directement liée à la somme des entropies individuelles. Diminuer l’entropie culturelle passe donc par :

  1. Une amélioration de l’entente entre tous les acteurs (des cibles claires, partagées, débriefées…)
  2. Une optimisation concrète et permanence des organisations (des processus/procédures partagées, expliquées…)

Pour gérer ça vous avez besoin de Leader inspirants, positifs, empathiques, bienveillants. Ils devront être capable de passer les bons messages, gérer les egos, apaiser, pousser les équipes à travailler ensemble…

Et si vous êtes bons, tous les membres de la société comprendront que c’est de la responsabilité de chacun de travailler à faire baisser sa propre entropie afin que ceci profite à tous.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à me suivre et/ou partager vos expériences c’est toujours très enrichissant.

Et voici d’autres articles sur l’organisation des entreprises qui pourraient vous intéresser :

Théorie du chaos appliquée à l’ecommerce

La méthode agile chez les Jedi

Que le changement soit en toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :