Supply chain et Blockchain utopie ou réalité ?

blockchain_supplychain

Ca doit bien faire au moins 5 ans que j’entends que la blockchain est sur le point de révolutionner la supply chain.

Les promesses, que j’ai le plus entendues, sont  :

  • La garantir d’une plus grande transparence (lutte contre la fraude, meilleure traçabilité…).
  • L’Amélioration des processus de contrôle et donc réduire les couts opérationnels.
  • L’Automatisation des processus d’achats (grâce notamment aux contrats intelligents (smart contracts)).

Il est évident que ce sont de belles promesses et nous avons bien tous compris que la blockchain ne servira pas uniquement pour les projets de crypto-monnaie, mais concrètement (5 ans après) :

  • Existe-t-il de réels projets ?
  • Est ce que la performance est au rendez vous ?
  • Est ce que des alternatives plus simples ou plus performantes sont apparus ?

Voila toutes les questions que je me suis posées et auxquelles j’ai essayé de répondre dans la suite de cet article.

Commençons par le début, c’est quoi la blockchain ?

Avant de parler des applications de la blockchain, il est important de bien comprendre le fonctionnement.

Pour faire simple, une blockchain est une de base de données « distribuée ». C’est à dire que la donnée n’est pas accessible à un seul endroit mais à plusieurs.
L’information n’est donc pas stockée dans un serveur central, mais existe simultanément sur l’ensemble des ordinateurs participants au réseau. Cette technologie est fondée sur des échanges de pair à pair (P2P), d’où l’absence d’organe de contrôle ou de tiers de confiance.

Concrètement, une blockchain se compose (comme son nom l’indique) d’un ensemble de blocs, dont chaque bloc contient l’historique de l’ensemble des échanges. Cette base de données est partagée par les différents utilisateurs de la blockchain, sans intermédiaire,  ce qui permet à chaque utilisateur de vérifier la validité de la chaîne.

blockchain_schema

Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

Les étapes de création de la blockchain

Dans le détail, il y a plusieurs étapes importantes à la création de cette blockchain.

1, L’identification, dans la plupart des cas ceci va se faire via la création d’un token. 
2, La création de la transaction et le regroupement des transactions par blocs.
3, Chaque bloc est validé par des « nœuds » réseaux. Chacun de ces nœuds héberge une copie de la base de données avec l’historique des transactions.
4, La sécurisation, est réalisée par un mécanisme de consensus de tous les « noeuds » à chaque ajout d’informations. Les données sont déchiffrées et authentifiées par des « centres de données » ou « mineurs ».
5, Enfin, vient l’ajout du nouveau bloc à la blockchain. Celui-ci est lié au précédent et une copie est transmise à tous les « noeuds » du réseau.

Ci-dessous une image du fonctionnement tirée du site Blockchain France :

fonctionnement_blockchain

Pourquoi une blockchain en supply chain ?

Comme présenté en introduction, j’identifie 3 grands avantages à l’utilisation de la blockchain dans une supply chain.

1. Une plus grande transparence

Une des grosses difficultés de certaines supply chain est d’arriver à garantir une réelle traçabilité. Ces défauts de traçabilités peuvent amener de gros problèmes (fraude, perte d’origine de la marchandise, vol…).

Ces difficultés nuisent fortement aux consommateurs finaux et à l’image des marques internationales.
Un registre blockchain distribué, entre les acteurs, et sécurisé pourrait permettre de sécuriser l’ensemble de ces flux.

Le schéma ci-dessous explique le fonctionnement simplifié de la blockchain dans un processus de supply chain alimentaire.
L’objectif est d’amener une plus grande transparence au client final.

Supplychain_blockchain

2. L’amélioration des processus de contrôle

Lorsque l’on parle de transparence, pour le consommateur ou pour limiter les impacts, il est sous entendu que les processus de contrôle doivent être étendus.

Il n’est pas possible de garantir une réelle transparence sans des processus de contrôle efficaces et fiables même avec une blockchain.

Oui oui, vous avez bien lu, même avec la blockchain 😅

Enfin avec une blockchain basique car, ajouter de la traçabilité est une chose, améliorer les processus de contrôle en est une autre.

Heureusement en 1993, un informaticien américain (Nick Szabo) a inventé la notion de contrat intelligent (« smart contract »).

Pour la petite histoire Nick Szabo a été l’inventeur d’une des premières monnaies numériques appelé Bit gold et bien qu’il l’ait nié à plusieurs reprises de nombreuses personnes le soupçonnent d’être  Satoshi Nakamoto (l’inventeur du bitcoin, rien que ca…).

Les smart contrats sont des programmes autonomes qui, une fois démarrés, exécutent automatiquement des conditions définies au préalable. Ils fonctionnement comme toute instruction conditionnelle de type « if – then » (si – alors). 

L’avantage d’implémenter des « smarts-contracts » dans une blockchain est la garantie que les termes du contrat ne pourront pas être modifiés. Un « smart-contract » qui ne serait pas dans la blockchain serait un programme dont les termes pourraient être changés en cours d’exécution.

Le schéma ci-dessous présente l’implantation d’un smart contrat dans notre fameuse supply chain alimentaire.
L’énorme avantage de cela sera, qu’en plus d’avoir une réelle traçabilité, nous aurons également à chaque étape des déclencheurs obligatoires qui sécuriserons réellement l’ensemble des contrôles.

supplychain_smartcontract

Détail du smart contract :

exemple_smartcontract

3. L’Automatisation des processus d’achats

Sur la blockchain, des « contrats intelligents » (smart-contracts) peuvent être exécutés, lorsque les conditions choisies par les différentes parties sont remplies. Ces contrats exécutent automatiquement leurs termes et conditions pour des facturations, livraisons, validations de paiements…

La blockchain fait office de tiers de confiance dans l’ensemble de ces transactions. Cependant il reste nécessaire que les intervenants s’accordent sur les règles à respecter lors de l’échange de biens ou de services.

C’est donc le rôle des smart-contracts, cette technologie permet d’automatiser les prises de décision en fonction des modalités de contrat prédéterminées. Ces modalités sont appliquées à chaque nouvelle entrée de données avant qu’elles ne soient inscrites de manière définitive dans la blockchain.

C’est donc un outil génial pour automatiser les processus d’achats.

De façon plus générale, les « smart-contracts » sont au cœur des applications développées sur la blockchain Ethereum. C’est pour ca qu’actuellement de nombreuses blockchain privées sont réalisées avec Ethereum.

stat_crypto

En 2020, le département supply chain de Gartner expliquait que 80% des projets blockchain dans la supply chain resteront à l’état de POC jusqu’en 2022.

Cela à cause de 2 raisons principales :

  • Déployer de telles évolutions dans des environnements majoritairement physique n’est pas aussi facile que de le faire dans des domaines plus dématérialisés (comme la finance ou la technologie).
  • Aucun des principaux projets identifiés n’avaient réellement aboutis car ils étaient trop éloignés de la réalité terrain.
Mais voila nous sommes en 2022, alors avons nous de réels bon exemples

Les projets supply chain en 2022

Bien après avoir faire le tour du sujet, j’arrive à la conclusion que même si pas mal d’initiatives sérieuses et intéressante existent.

Je pense notamment à :

  • Ambrosus, une blockchain, actuellement en quête d’open source, qui s’est illustré sur plusieurs projets en lien avec l’agriculture.
  • Modum, Fondée en 2016 c’est un des pionniers dans l’exploitation des technologies IoT et blockchain pour le monitoring de la supply chain. Ils ont mis au point une solution permettant de garantir l’intégrité des données de suivi de la température des médicaments au cours du dernier tronçon des livraisons. Un projet intéressant notamment pour le secteur de l’industrie pharmaceutique.
  • VeChain, L’objectif principal de VeChain est de rendre ces processus et le flux d’informations plus efficaces pour les chaînes d’approvisionnement à multiples facettes grâce à la procédure de la technologie des grands livres distribués (DLT).
  • WaltonChain, Lancée à la fin de 2017, mais inventée en 2015 par son fondateur, Xu Fangcheng, le nom Waltonchain est un dérivé de Charlie Walton, l’inventeur de la technologie RFID. La promesse de cette blockchain est de combiner les technologies RFID et Blockchain. Waltonchain introduit le terme « Value Internet of Things » (VIoT) Valeur Internet des Objets. Pour arriver à ca, Waltonchain a développé et breveté sa propre version des puces RFID.

Mais, il y a surtout un gros leader sur le marché, qui doit notamment cette place grâce à un partenariat avec IBM. Son nom ? Hyperledger.

Hyperledger Sawtooth

hyperledger_found_logo

Petit bijou du monde open source initié par la Linux Fondation en 2015 et dirigé par Brian Behlendorf (co-fondateur de l’Apache software fondation). Hyperledger est l’étoile montante de la blockchain industrielle et supply chain depuis quelques années.

L’objectif du projet est de faire progresser la collaboration interindustrielle en développant des blockchains et des registres distribués, avec un accent particulier sur l’amélioration des performances et de la fiabilité de ces systèmes (par rapport à des conceptions comparables de crypto-monnaies) afin qu’ils soient capables de soutenir les transactions commerciales mondiales des grandes entreprises technologiques, financières et de la supply chain.

A ce titre, Hyperledger propose différents frameworks pour des usages différents et spécifiques.

Vous avez par exemple le projet Hyperledget Fabric. C’est le projet le plus connu d’Hyperledger, il a été engendré par le géant informatique IBM. Fabric est conçu pour être une plate-forme hautement adaptable et évolutive avec une grande flexibilité d’accès et d’autorisation.

Nous pouvons également trouver le projet Hyperledger Sawtooth, donc l’objectif sera de construire, déployer et exécuter des registres distribués dédiés spécifiquement à la certification et à la traçabilité.

En conclusion

Avec,

  • Des promesses géniales et hyper cohérentes avec notre monde moderne en recherche constante de sécurité des flux.
  • De beaux acteurs dynamiques et collaboratifs.
  • Une technologie blockchain sur le point d’arriver à maturité.

Il y a fort à parier que les fonctionnalités liées à la technologie blockchain vont rapidement se déployer dans le monde de la supply chain.

Ce qui est intéressant c’est que ces supply chain touchent de nombreux acteurs (du petits producteur d’œuf au géant distributeur en passant par le ecommercant spécialisé). Il y a donc de fortes chances que cette révolution soit juste un début vers une adoption beaucoup plus globale de ce mode de fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page